J’ai relu la saga Hunger Games : une bonne idée ?

Hello !

Il y a quelques semaines débutait une énième panne de lecture pour moi. Les livres attendant d’être lus ne manquaient pas dans ma bibliothèque (un peu plus de la moitié, oupsi), mais rien ne m’attirait vraiment sur le moment, et j’ai vite compris en faisant une liste mentale de tous les livres que je voulais relire que j’avais envie de replonger dans une bonne dystopie comme j’aime ! Mon choix s’était donc porté sur Hunger Games, que j’ai lu (et relu pour le premier tome) une fois, mais cela commençait à remonter un peu, j’avoue.

Cependant j’avais toujours en tête le très mauvais souvenir laissé par le tome 3 (que j’avais limite détesté, oui oui), et j’avais peur de me replonger dedans et encore une fois terminer la saga sur une mauvaise impression. Mais comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et entre temps j’ai appris que le préquel de la saga sortait bientôt alors c’était l’occasion. Et vous allez voir, c’était une très bonne idée. 

Attention, cet article contient des spoilers. Si vous n’avez pas encore lu cette saga ou n’avez pas encore terminé la lecture du tome 3, je vous invite à arrêter votre lecture ici.

Avez-vous besoin d’un résumé de la saga ? Si vous lisez ceci, je pense que non, mais je ferai quand même un petit rappel de l’histoire : on se situe dans une Amérique post-apocalyptique, plus précisément à Panem qui est divisée en 12 districts. Suite à une tentative de rébellion de la part des districts 74 ans plus tôt, le Capitole a entrepris d’organiser chaque année les Hunger Games, jeu télévisé dans lequel un garçon et une fille entre 12 et 18 ans est tiré au sort dans chaque district pour un combat à mort dans lequel il ne doit rester qu’un seul survivant. Nous retrouvons Katniss, une adolescente de 16 ans qui se porte volontaire lors des Jeux à la place de sa sœur, Prim.

Pour en revenir à mon bilan, c’est sans grande appréhension que j’ai entamé ma lecture du tome 1, ma seule « crainte » était que mes goûts aient évolué depuis et que l’histoire ne me plaise plus autant qu’avant. Malgré tout, je dois dire que j’ai littéralement dévoré ce tome ! En effet, j’ai pris plaisir à non seulement me replonger dans l’univers des Jeux – assez malsain il faut le dire, parce que bon, aimer regarder à la télé des enfants s’entre-tuer, c’est moyen moyen –, mais retrouver et même redécouvrir certains personnages, mais ça on en reparle un peu plus tard. Pour le coup je n’ai pas grand-chose à dire de plus concernant ce tome, je n’ai pas spécialement (re)découvert de nouveaux éléments que j’aurais pu louper avant.

Concernant le tome 2, c’était pour moi un peu la même chose, si ce n’est que j’ai trouvé la deuxième partie du roman consacrée aux Jeux vite expédiée. Si on regarde la durée de ceux-ci, c’est normal, cependant il est vrai que la Tournée de la victoire prend énormément de place (et peut-être trop ?) en début de roman, et j’ai quand même remarqué que cela était moins gênant dans le film. D’un côté cela introduit ce que l’on s’apprête à retrouver dans le dernier tome de la trilogie, mais j’ai trouvé ce second livre beaucoup plus court en termes d’action que le premier. Finalement, certes je l’ai beaucoup aimé, mais moins que le premier tome, contrairement ) ce que je pensais avant ma relecture.

Le tome 3 a été une vraie surprise, et une bonne. Comme je vous le disais plus haut, je n’avais franchement pas apprécié ma lecture à l’époque, et je me souviens que ma lecture avait été un peu chaotique. On a quitté les Jeux et on est plongé en pleine rébellion. Alors qu’on se le dise, ce tome n’est toujours pas mon préféré de la trilogie, mais je me suis surprise à bien aimer ma lecture. Et cela grâce à un personnage en particulier : Gale. Si j’avais bien aimé ce personnage avant, je l’ai complètement redécouvert durant ma relecture, et j’irais même jusqu’à dire qu’il est devenu mon personnage préféré de la saga, et rejoint mon top des personnages masculins préférés (un article sur le sujet vous intéresserait-il ?). J’aime ce personnage qui n’aime pas qu’on lui dicte quoi faire, et qui n’hésiterait pas à se sacrifier pour se battre pour une cause qui lui semble juste. J’ai plus d’une fois pensé vouloir être à la place de Katniss, même rien que pour le choisir à la fin (#TeamGale). D’ailleurs, parlons-en, pourquoi elle ne le choisit pas alors que ça crève les yeux qu’ils s’aiment et qu’ils sont faits pour être ensemble ? Suzanne Collins, si un jour vous lisez ceci, est-ce qu’on pourrait avoir une fin alternative ?

Toujours est-il que j’ai eu cette fois-ci l’impression de n’avoir jamais lu ce tome, ou du moins que je l’ai un peu (beaucoup) lu en diagonale la première fois. J’avais oublié plein d’éléments, et j’ai même été surprise par moments parce que je me souvenais plus du déroulé de l’action (Finnick, on ne t’oublie pas !).

Pour résumer, je pense sincèrement que relire cette saga était une bonne idée. J’ai pu non seulement relire les livres, mais également revoir les films en parallèle (il me manque encore le 3 parties 1 et 2 à ce jour, mais j’y remédie bientôt) avant de pouvoir enfin m’attaquer au préquel tant attendu depuis que je l’ai reçu.

Et vous, qu’avez-vous pensé de cette trilogie ?

La saga Phobos – Victor Dixen

« Vous avez entre 17 et 20 ans ?
Vous voulez participer à la genèse d’un nouveau monde ?
Envoyez votre candidature dès aujourd’hui,
Et écrivez la plus belle histoire d’amour de tous les temps : la vôtre ! »

Bonjour à tous,

Cette semaine, je reviens avec mon avis sur la saga Phobos de Victor Dixen publié chez Robert Laffont dans la collection R. Si vous avez lu mon update lecture du mois de mars (si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez le lire juste ici), vous savez que j’ai terminé les tomes 2 et 3 et le préquel Origines (que je vous conseille quand même de lire après avoir lu les 3 premiers tomes, mais juste une question de goût).

Cette saga a pris une place très importante dans mon cœur, et fait partie de mes sagas préférées aux côtés d’Endgame, que je vous présenterai plus tard dans un autre article. Sinon à part ces deux-là, je n’ai encore jamais rencontré d’autres sagas coup de cœur, puisque en général j’adorais le premier tome mais j’ai toujours été déçue par les suivants. C’est notamment ce qui s’est produit avec La 5ème Vague de Rick Yancey – saga en laquelle j’avais placé beaucoup d’espoirs –.

Phobos, c’est quoi ?

Phobos, c’est l’histoire de 12 adolescents – 6 filles et 6 garçons – sélectionnées par le programme Genesis pour coloniser et repeupler la planète Mars. Pendant les longs mois de voyage jusqu’à cette planète, les prétendants devront se rencontrer lors de séances de speed-dating de 6 minutes à l’issue desquelles ils devront établir leur Liste de cœur, c’est à dire qu’ils devront classer les prétendants pour les filles et les prétendantes pour les garçons selon leur ordre de préférence. Tout cela bien sûr filmé 24h/24 et diffusé en direct sur la chaîne Genesis. À la fin du voyage, ils devront se marier et avoir beaucoup d’enfants, un peu comme le « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Sauf que, tout ne se passera pas tout à fait comme prévu, et ben oui sinon ça ne serait pas drôle ! On a droit à plein de rebondissements tout au long du livre

Qu’est-ce que j’aime dans cette saga ?

J’ai beaucoup aimé comment s’enchaînait l’histoire, et bien sûr de passer d’un point de vue à un autre, parce que le livre est conçu comme un scénario de film (à l’image de la transmission sur les écrans de ce qui se passe dans l’espace via la chaîne Genesis ; les médias sont ici omniprésents, comme ce qu’il se passe dans notre monde actuel), avec les contre-champs hors-champs etc. D’ailleurs, si une adaptation est prévue dans le futur, j’en serai ravie !

À aucun moment je me suis ennuyée, bien au contraire. J’ai tellement aimé cette histoire que dès qu’un tome se terminait, il me fallait commencer le suivant. Je pense que c’est la première fois que je lis tous les tomes d’affilée, car d’habitude j’aime bien alterner avec d’autres livres.

Les « méchants » : que serait une histoire comme celle-ci si il n’y en avait pas ? Je les ai trouvé géniaux. À la fois je ne pouvais m’empêcher de les détester, et à la fois j’ai trouvé qu’ils étaient brillants (notamment l’un d’entre eux, à vous de le découvrir), à toujours faire des retournements de situation et à nous emmener là où on n’aurait jamais imaginé aller. L’aspect manipulation est très très bien amené à mon goût, et on peut le rapporter à ce qui peut parfois se faire de nos jours par l’intermédiaire de personnalités (ou pas d’ailleurs) qui feraient tout pour gagner toujours plus en argent et en popularité.

Ensuite, l’univers réaliste du roman. En effet, l’histoire pourrait tout à fait se dérouler dans un futur proche (une trentaine d’années grand max) et on est pas dans une histoire qui se passerait dans 2 ou 3 millénaires !

Enfin, les personnages. Certains sont plus attachants que d’autres, et il y en a quelque uns dont on a juste envie d’arracher la tête (je pense notamment à Alexeï, je sais pas, ça l’a pas fait avec lui). Du côté des garçons, j’ai énormément aimé le personnage de Mozart, surtout dans Origines. Il est vrai que son petit côté séducteur ne m’a pas laissé indifférente à certains moments, même si j’ai trouvé qu’il ne ressortait pas trop dans les 3 tomes principaux. Du côté des filles étonnamment, j’ai préféré le personnage de Safia, qui est une fille très douce et qui peut se présenter comme quelqu’un de très mature. Je pense que si je l’ai aimé autant, c’est parce que je me suis pas mal identifié à sa personnalité, ayant à peu près la même.

Et les points négatifs dans tout ça ?

J’ai trouvé que le passé de certains personnages ne ressortaient pas assez dans la série principale (hors préquel), mais c’est sûrement un choix de l’auteur au vu du « nouveau départ » que leur promet le voyage sur Mars. Après c’est juste un avis personnel.

Sinon, si je vous dis qu’il n’y a pas assez de tomes, ça compte ? Non, parce que j’ai essayé de trouver d’autres points négatifs, mais je n’ai malheureusement pas réussi. Après ça ne veut pas dire qu’il n’y en a peut-être pas, mais en tout cas pour ma part, cette saga correspond tout à fait à mes attentes en termes de science-fiction.

Pour résumer

Je vous conseille cette saga à 1000% si vous aimez les romans de science-fiction. La plume de l’auteur est très fluide, et on est happé dans cet univers un peu particulier car je ne connais pas beaucoup de romans/saga sur l’espace.

Note : ★★★★Un gros coup de cœur.


Citations :

« On a tous un passé, des souvenirs. Une face cachée. »

« Vous voulez savoir pourquoi l’espace me fait peur ? Parce que, au fond, malgré nos télescopes surpuissants et nos sondes spatiales high-tech, on n’a aucune idée de ce qui s’y cache réellement. »

« Marcus laisse échapper un demi-sourire : « Une colombe, mec, dit-il. Ghost est une colombe, pas une perruche. » »

« Rien n’est éternel. Les noms et les dates finissent par disparaître dans l’oubli. »

« Je me relève lentement.
Je finis toujours par me relever.
Chaque fois que je tombe.
Chaque fois qu’on me blesse.
Chaque fois que la Salamandre est sur le point d’avoir ma peau. »

« Au fond, tu es comme Phobos. Tu sais pourquoi son orbite est considérée comme idéale ? Parce qu’elle est assez proche de Mars pour permettre d’en voir la surface en détail avant le largage, et trop éloignée pour que la gravité martienne empêche le Cupido de repartir après nous avoir éjectés. Comme toi : assez proche pour me rendre fou, trop éloignée pour que je te retienne. »

« Même dans les situations les plus difficiles, il reste toujours un espoir, même dans les mines les plus asséchées, il reste toujours une pépite. »

« Tu es une étoile, éonor, une géante rouge ; mais moi, je suis un trou noir, et les trous noirs dévorent les étoiles qui s’approchent trop près d’eux. Je risque d’engloutir ta lumière dans ma nuit. »

« Le Yin est noir, le Yang est blanc, explique-t-il en détaillant le croquis. Le Yin et le yang sont aussi différents que la nuit et le jour, le vide et plein, le froid et le chaud…le mal et le bien. Pourtant, regardez : il y a un point blanc dans la partie noire, et un point noir dans la partie blanche. Parce que rien n’est jamais tout noir, ni tout blanc. Parce que personne n’est jamais entièrement mauvais, ni entièrement bon. »


Où trouver ces romans ?

Tome 1 : [Amazon][Fnac]

Tome 2 : [Amazon][Fnac]

Tome 3 : [Amazon][Fnac]

Origines : [Amazon][Fnac]