Chanson douce – Leïla Slimani

Bonjour à tous,

J’espère que vous avez passé un bon noël. Je vous retrouve aujourd’hui pour ma chronique de Chanson douce de Leïla Slimani publié chez Gallimard. Je suppose que vous n’êtes pas passé à côté de ce livre, puisqu’il s’agit du prix Goncourt de 2016. C’est aussi un livre que je voulais lire depuis un moment, mais le fait qu’il ait reçu un prix a fait que j’ai tardé avant de le lire. Peut-être parce que je voulais laisser passer un peu de temps avant de me faire ma propre idée sur cette lecture, afin de ne pas (plus?) être influencée par tous les avis que j’ai pu lire. Je voulais attendre que l’on parle moins de ce livre, et c’est quand je suis allée chez ma grand-mère qu’elle m’a dit qu’elle l’avait adoré et me l’a donc prêté.

 

De quoi ça parle ?

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

 

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Alors oui, j’ai bien aimé. Le premier point que je voudrais souligner est le début, et particulièrement le premier chapitre. Tout de suite on est dans l’histoire, on ne passe pas par quatre chemins. Et même si on connaît par avance le dénouement de l’histoire, on ne sait pas qui l’a provoqué, et surtout pourquoi. Ainsi, on va, de temps en temps, avoir des réponses. Mais jamais trop à la fois, pour nous pousser à continuer et à assembler toutes les pièces du puzzle.

Autre point très positif, la plume de l’auteure. Le style d’écriture est très sec, les phrases ne sont jamais trop longues, et elles sont de ce fait vraiment poignantes. Et dans cette histoire, j’ai adoré ! C’est un roman assez court de moins de 300 pages, qui se lit vraiment très rapidement, parce qu’il n’y a pas de longueur en fait.

La relation de dépendance entre la famille et la nourrice est très bien développée, et est vraiment très réaliste, parce qu’elle ne se fait pas du jour au lendemain, parce que petit à petit, on se rend compte de la place que prend la nourrice au sein de la famille.

Je dirais que le point que je n’ai pas du tout aimé a été la fin. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je trouve que celle-ci, enfin le dernier chapitre notamment, n’apportait pas grand chose à l’histoire. Ce que je veux dire par là, c’est que j’ai trouvé que celui-ci n’était pas, à mon sens, essentiel.

 

Ma note : ★★

Un bon livre, pas LE livre de l’année selon moi (dans le sens où ce n’est pas ma meilleure lecture de cette année), mais je pense qu’il a mérité son prix.

2 réflexions au sujet de « Chanson douce – Leïla Slimani »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s