Il était fait pour moi – Rebecca Serle

« Vous vous souvenez de ces livres à issues multiples, dont les péripéties se transforment selon le bon vouloir du lecteur ? Eh bien, Olivia avait raison : ce qui compte, c’est ce qu’on choisit. La fin n’a aucune importance, comparée au chemin que l’on emprunte pour y parvenir. […] Parce que nous n’avons aucun moyen de savoir ce que la vie nous réserve. Nous n’avons aucune garantie. On peut choisir une route et se rendre compte tout à coup qu’elle n’était pas pour nous. On changera alors de voie. On réalisera peut-être que, sans le savoir, on a encore emprunté la même direction. Et, voyez-vous, c’est là que le choix prend toute sa dimension. Nous ne savons pas où va le chemin, mais nous avons le pouvoir, en toute dernière instance s’il faut, de nous en écarter. Virer à gauche, rétablir à droite, et se retrouver finalement là où n’aurait jamais pensé aller. J’ai compris une chose : le destin, la fatalité ne font pas tout. Ils donnent peut-être le don, mais ne décident en rien de la suite. Le destin vous a planté quelque part. A vous de trouver votre route et comment la poursuivre. A quel moment enfin tirer le rideau. Shakespeare n’avait finalement pas tort. Il faut simplement garder à l’esprit qu’il y a plusieurs fin possibles à une même histoire. »

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Il était fait pour moi de Rebecca Serle publié chez Hachette. J’ai acheté ce livre il y a 2 ans si je ne me trompe pas, sans vraiment savoir à quoi m’attendre puisque je n’en n’avais jamais entendu parler.

 

De quoi ça parle ?

Shakespeare n’a rien compris. Roméo et Juliette ? Complètement à côté de la plaque. Deux amants maudits, déchirés par leur famille et par le destin. Lamentable histoire.

La vérité c’est qu’il y avait déjà quelqu’un dans le tableau avant que Juliette n’arrive. Quelqu’un que Roméo aimait beaucoup : Rosaline. Moi.

Juliette n’était en rien une douce et innocente jeune fille écrasée par la fatalité. Elle avait choisi sa destinée. Et Roméo ? Roméo avait déjà une âme sœur.

Il était fait pour moi ! Et c’est avec moi qu’il aurait passé le reste de l’éternité si…

On a toutes un Roméo dans le coeur qui a choisi une autre Juliette.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Il s’agit ici du premier livre de Rebecca Serle, et quel livre ! Au début, et comme beaucoup je pense, je me suis attendu à avoir une réecriture de la pièce originale, mais pas du tout ! Ici, nous sommes à notre époque, aux États-Unis, et nous allons nous concentrer sur le point de vue de Rosaline, une lycéenne entrant en terminale, et qui se trouve être le premier amour de notre Roméo, alias Rob dans le livre. Ces deux jeunes sont meilleurs amis depuis toujours, et pour tous les deux, il est évident qu’ils finiront ensemble. Mais (parce que oui il faut un mais sinon ce n’est pas drôle !), l’arrivée de Juliette, la cousine de Rosaline, va tout bouleverser. Ici, l’auteure a voulu nous présenter en la personne de Juliette quelqu’un qui ne m’a pas vraiment plu au départ, mais que j’ai fini par apprécier (juste un tout petit peu, attention) une fois que j’ai compris qui elle était vraiment.

J’ai en revanche moins aimé Rob à partir de la deuxième partie du roman. J’ai trouvé la relation qu’il entretient avec Rosaline qui part complètement à l’extrême en si peu de temps, même si je comprends que cela est tout à fait possible.

Le retournement de situation m’a pris complètement par surprise, et il m’a fallu relire le passage plusieurs fois avant de comprendre réellement ce qu’il s’était passé. Et c’est à partir de là que l’on peut remarquer la transformation de Rosaline. Au début, celle-ci « se laisse porter » par la vie, pour être complètement transformée à la fin. Et c’est cette transformation que j’ai vraiment adoré !

J’ai trouvé ce roman très frais, extrêmement facile à lire, et il en est de même pour le style d’écriture. En fait dès le début de ma lecture, j’ai été plongée au cœur de l’histoire, et cela m’a beaucoup plu. Je n’ai pas ressenti de longueurs, de passages que j’ai détesté, au contraire.

 

Note : ★★★★

J’ai passé un très très bon moment ! J’ai littéralement dévoré ce livre, en tournant les pages sans m’en rendre compte. Je vous le recommande vivement !

Quelques citations :

« Parfois le plus dur quand on doit renoncer à quelqu’un, c’est de se rendre compte que ce n’était pas le bon. »

« Une tragédie. Qui fait des morts. Et pourquoi ? Pour une amourette qui, d’après moi, était plutôt bancale. Regardons les choses en face : leurs deux familles se haïssaient, donc même s’ils avaient survécu, imaginez un peu l’enfer pour organiser les vacances, les anniversaires… »

« « — Comment elle s’appelle ? s’enquiert Olivia.

— Juliette, lâchais-je.
Charlie plisse les yeux sur le journal puis lève la tête vers moi.
— C’est ça, elle s’appelle Juliette.
Alors, mon vieux Shakespeare ? Tu te demandais : « Qu’est-ce après tout qu’un nom ? », eh bien je vais te le dire, moi. Un nom, ça peut tout changer. » »

4 réflexions au sujet de « Il était fait pour moi – Rebecca Serle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s