Transférés – Kate Blair

« Je crois qu’on ne sait jamais vraiment qui est quelqu’un avant de connaître son histoire. »

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de Transférés de Kate Blair publié chez Michel Lafon.

 

De quoi ça parle ?

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner facilement les malades : transférer les maladies aux criminels, qui sont parqués dans des ghettos à l’écart de la société. 
C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À seize ans, elle est la fille du peut-être futur Premier ministre d’Angleterre. Alors qu’elle est atteinte d’un rhume pour le plus grand dégoût de son entourage, elle va subir son premier Transfert. Mais rien ne va se passer comme prévu et Talia va sauver une petite fille d’une agression. Une petite fille qui vient des ghettos et qui va pousser Talia à découvrir l’envers du décor et l’horreur d’un système déshumanisé. 
Talia va désormais tout faire pour empêcher son père d’aggraver la situation des bidonvilles, pour sauver ses nouveaux amis qui y habitent et rectifier une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais. Elle devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et être prête à combattre tout ce en quoi elle a cru.

 

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Je pense que vous commencez à connaître mon genre de lecture au vu de mes chroniques sur le blog, et vous n’êtes donc pas sans savoir que je suis une grande fan de science-fiction et de dystopie. Ainsi, vous vous doutez bien que ce roman dystopique n’aurait pu qu’attirer mon attention !

Quand Talia doit se rendre au centre de transfert pour, eh bien, un transfert (alors qu’elle est seulement atteinte d’un rhume), cela m’a un peu fait rire. J’avoue qu’au début je n’avais pas vraiment saisi le principe du transfert de maladies, mais j’ai vite compris le principe par la suite. Et on comprend bien vite l’injustice du système, en effet, les « criminels » doivent recevoir la maladie qui a été éradiquée du corps des personnes « riches », la gravité de la maladie leur étant attribuée proportionnellement à la gravité de leur crime. On se retrouve ici face à un système extrêmement bien pensé par l’auteure, et, il faut le dire, il fallait avoir l’idée !

Le personnage de Talia est celui qui selon moi, a le plus évolué durant tout le roman. En effet, on assiste à un changement dans son état d’esprit et par rapport à sa vision du monde dans lequel elle vit qui change radicalement. Elle qui, en tant que fille du prochain candidat au poste de Premier Ministre du Royaume-Uni, profite au départ de sa condition, puis finit par découvrir les injustices présentes dans le système. Elle se rend également compte que ses proches, notamment son père, ne se place pas toujours du côté des gentils, et cette prise de conscience m’a beaucoup plu, même si ses réactions parfois trop impulsives m’ont parfois énervé.

J’aurai néanmoins souhaité qu’il y ait plus de pages, ou au moins un second tome, j’aurai voulu en avoir plus car j’avoue être restée un peu sur ma faim (et j’ai vraiment eu l’impression que la fin laissait envisager une suite). Mais pour un premier roman de l’auteure, je lui tire mon chapeau !

Note : ★★★★

J’ai passé un agréable moment, et si l’auteure a pour projet d’écrire la suite, je la lirai avec grand plaisir !

4 réflexions au sujet de « Transférés – Kate Blair »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s